Mieux gérer son budget
 
 La question de la gestion de l’utilisation de l’argent a toujours été un problème. De nos jours, des logiciels permettent de mieux gérer son budget. Il est important de connaître la base de la gestion.
Il est préférable d’établir un budget semestriel. L’annuel est difficile, à cause des aléas de la vie. Le mensuel ne permet pas une vision à moyen terme.  Le trimestriel donne une vision courte, mais juste.

Revenus :

Les ressources permanentes englobent à la fois, les salaires et traitement, les pensions de retraite et d’invalidité, les allocations de remplacements (AAH, ARE, RSA, ASS, ATA), et les allocations familiales, aides à l’enfance et au logement.
Mais attention les aides sociales ont une durée limitée. Le RSA et l’AAH sont calculés chaque trimestre, tout comme la prime d’activité. Les aides au logement pendant 12 mois et à partir de janvier trimestriellement. Les aides à l’enfance PAJE ont une durée maximale de 3 ans.
Pour résumer, vos ressources comprennent les revenus permanents, les revenus de remplacements, les aides.

Se greffe en fonction des droits, l’allocation de rentrée scolaire, les aides ponctuelles, les gains ponctuels (heures supplémentaires, CDD, gain aux jeux, etc.) et enfin les revenus non salariés (micro-entrepreneur, VDI, collaboratif (location de voiture et de biens, vente de biens et services), ainsi que les crédits et remboursements d’impôt.

 

Maintenant, regardons les dépenses.
D’un côté, nous avons les dépenses fixes (qui ne changent pas), mais également les charges variables.
Le loyer est une charge fixe, tout comme les abonnements à l’énergie (gaz et électricité, à l’eau, au téléphone). Par contre, les consommations d’électricité, de gaz, d’eau, les communications téléphoniques et les charges locatives sont des charges variables. Les consommations varient en fonction de la consommation.

Les dépenses de base :

Le logement (loyer ou remboursement d’échéance), les charges de logement (copropriétés, entretiens), les mensualisations de gaz et d’électricité, les abonnements téléphoniques. La mutuelle et l’assurance habitation.
Il est indispensable de mensualiser toutes les charges fixes (l’énergie est sur 10 mois par exemple pour permettre une régularisation sur les deux derniers mois, l’eau sur 12 mois, tout comme les assurances.
Le poste téléphonie a explosé avec l’arrivée des Smartphones et représente un poste important. Or, il est possible de réduire ou de maîtriser ce poste. En choisissant un fournisseur économe. En prenant un box et des abonnements économiques.
Les échéances de crédit sont des charges fixes et récurrentes, tout comme les impôts (sur le revenu, taxe foncière et d’habitation). La mensualisation des impôts permet un lissage dans le temps et de réduire l’impact financier des douloureuses.
Le poste déplacement est important (entretien et assurance du véhicule, échéance de crédit ou de location, carburant, péage et stationnement.
S’ajoutent les frais bancaires (tenus de compte et des produits souscrits, les agios et frais en cas d’incident), mais également les mensualités d’assurance.
Enfin, les postes importants : alimentation, loisirs et habillement, activités, etc.
Vous pouvez réduire ces lourds postes, en profitant des promotions, des soldes et réductions diverses tout au long de l’année. L’important est de maîtriser votre budget sans vous priver.

Nous vous conseillons également de créer une épargne de précaution et d’investissement pour prévoir l’avenir. Mais également d’aider les autres en donnant à des associations, comme Kalune, Quirius ou Adonaï (l’œuvre de Dieu), afin d’être solidaire. Être en difficulté, n’exclut en rien d’être solidaire des autres.

 

Réagir :

Vous pouvez prendre par exemple votre situation de l’année précédente (revenus et dépenses) afin de construire un prévisionnel pour l’année en cours, en y intégrant 10% de dépenses supplémentaires.

Vous pouvez également établir une liste de vos besoins sur les deux prochaines années :

  • Équipement : électroménager, voiture, mobiliers, hi-fi, informatique
  • Habitation : acquisition, travaux et entretien
  • Habillement : qu’est-ce qui me manque dans mon armoire, ainsi que celle de ma famille.

 
Établissez un tableau de bord de vos revenus et dépenses ou utilisez un logiciel de gestion budgétaire, il y en a plusieurs de GRATUITS en licence libre sur le marché.
Ce tableau vous permettra de comprendre rapidement si la situation est dangereuse. Si vos dépenses de base, variable et d’alimentation sont supérieures à vos ressources, c’est que vous avez un problème. Ce solde doit être positif.
Vous devez réduire vos dépenses, en suivant nos exemples, ou augmenter vos ressource (heures supplémentaires, deuxième travail, micro-entrepreneur ou bien VDI, proposer des services (location d’équipements ou de votre logement, etc. Mais attention, qui dit revenus supplémentaires, dit impôt à payer et surtout, réduction ou suppression des droits (aide aux logements, mutuelle, etc.)
 
Réorganisation de budget :

De son expérience, Bruno explique : « les familles souffrent de plus en plus financièrement, elles n’arrivent pas à terminer les mois sans avoir recours au découvert bancaire ou pire (ne s’alimentent  pas ou mal). Cette situation dans un pays comme le nôtre est inacceptable. 5e puissance économique mondiale, qui regorge d’aliments, sa population devrait pouvoir manger à sa faim. De plus en plus de nos concitoyens, de toutes confessions et origines sont victimes de la crise, d’une mauvaise gestion budgétaire, d’un mal endettement ou pire d’un surendettement. Ses difficultés créent des tensions familiales et externes. »

Un blogeur écrit cette phrase très importante qui résume le travail à réaliser : “Quand on souhaite mettre de l’ordre dans ses finances, il faut s’attaquer aux dépenses inutiles à la manière du cost-killing dans une entreprise pour se créer une épargne de précaution. “

Il est facile de dire à ces personnes, baissez vos dépenses, travaillez plus, mais sans accompagnement, c’est comme dire à un obèse, perd du poids ! Oui tout seul, c’est difficile.

L’éducation financière c’est aussi expliquer comment acheter, ou acheter, à quelle période. Est-ce que ce qui m’est proposé est une bonne affaire. La tentation de la publicité, la télévision, les catalogues publicitaires ont un impact néfaste sur le budget des familles.
Nombreuses sont les familles, qui ont déjà supprimé les budgets restaurants et fast-food, les sorties cinéma, qui ne se chauffent pas, qui ne se lavent pas, qui marchent au lieu de prendre les transports en commun, qui ne mangent pas à leur faim. C’est une réalité.

Ces personnes travaillent et n’ont pas droit à l’aide alimentaire (même temporairement). Ils s’habillent au pire avec les friperies ou les soldes et au mieux par des dons. Il faut conseiller et aider ces personnes, mais également ceux qui n’acceptent pas de faire des sacrifices. Le restaurant, les cinémas ne sont pas une priorité, nous pouvons vivre sans, par contre, avoir un toit et manger à sa faim sont des priorités.

L’un des premiers budgets est celui de l’automobile. Une voiture coûte à l’achat, en assurance, en entretien, et en consommation (carburant, huiles). Et pourtant, ¾ du temps, elle est garée. La mutualisation, la copropriété avec Citiz, le covoiturage, la location permettent de réduire considérablement ce budget.
Nous devons aider les individus à mieux administrer leurs dépenses, à mieux gérer leurs revenus ; à restructurer leur endettement par des demandes de financement de rachat de vos crédits en cours, avec trésorerie.

Notre société doit mieux  conseiller les consommateurs sur les prêts, immobiliers ou à la consommation, pour le paiement des dettes fiscales et sociales, travaux et automobile…      Bruno expliquait en 2008 les actions d’RDS en ses thermes : « Nous recherchons à baisser les dépenses des familles par une restructuration financière en baissant les coûts et charges des assurances, des prêts,  du budget alimentation et vie, etc. Faire mieux ou aussi bien  avec un budget en baisse et remettre de l’épargne dans le foyer. Étude de la situation financière des adhérents, constitution de dossier de surendettement auprès de la Banque de France et de dossiers de restructuration financière (prêt et rachat) auprès d’établissements financiers. »
 
Mais comment faites-vous ?
 
Réponse de Bruno : « Pour ma part, je gère mon budget, comme une PME, les ressources sont le Chiffre d’affaires et les dépenses, les charges. Les acquisitions, des investissements, dont j’estime la durée d’utilisation (amortissement).
Je construis chaque année un budget prévisionnel, qui ne sera pas respecté, comme dans une entreprise, à cause des aléas de la vie, puis un budget trimestriel. J’ai une vision sur 3 mois entre les ressources prévisibles et les dépenses. Je dégage une enveloppe par ligne.
Par exemple : 50 € pour l’électricité
                        20 € pour le Gaz
                        400 € pour l’alimentation
Etc.
Je prévois des budgets supplémentaires en novembre pour la taxe d’habitation, en mars pour le solde des factures d’énergie, et je prévois un budget imprévu de 1.500 € pour le trimestre (achat, réparation, entretien, divers). J’ai très peu de surprise et ça fonctionne bien.
La gestion et le maniement des espèces sont difficiles pour trop de personnes. Avoir des billets tente et même placé dans des enveloppes, elles posent problème.
Alors que sur un compte, il est plus facilement gérable. Mais c’est à chacun de faire son choix. L’idéal est une hybridation des systèmes (espèces et carte bancaire).
Certains conseillent de ne pas faire les courses avec vos enfants, c’est vrai, ils poussent à la consommation, mais une éducation ferme, bloquera toutes tentatives et permettra aux enfants de comprendre la situation que vous traversez.
D’autres de ne pas faire les courses dans les hypermarchés, à cause de la tentation. C’est vrai, mais la tentation est partout, il vaut mieux l’affronter et la maîtriser, que de se couper d’une partie de notre environnement.

L’achat sur internet et le recours au drive où à la livraison à domicile, est une idée à développer, car elle permet de connaître en temps réel le montant de la note et d’adapter les achats en fonction de votre budget et de vos besoins. Problème, vous ne sortez plus. Parce malgré tout, faire les courses est une corvée, mais aussi un moyen de sociabilisassions. Le marchand crée votre liste de course, que vous pouvez modifier selon vos besoins.
Pour les loisirs, vous avez plein d’activité gratuite : les bibliothèques vous donnent accès à des livres, CD, DVD gratuit, les parcs vous permettent de vous détendre à moindre coût, sans compter toutes les animations municipales. Gérer une enveloppe pour les loisirs, par contre est une bonne idée et permet de connaître vos limites pour le mois.
N’oubliez pas, avant l’euro, nous dépensions 100 FF (15 €) en plusieurs jours ; de nos jours, vous pouvez claquer 15e en moins d’une heure et votre caddie est vide. Une personne consomme au minimum 50 € par semaine pour manger.
Regardez la rapidité d’évaporation d’un billet de 10 €, de 20 €, de 50 €, de 100 €. Montant moyen des achats dans la grande distribution.
Je gère mon budget depuis un tableau Excel et je consulte tous les jours nos comptes. Mon tableau reprend les dépenses prévisibles par opération, puis un module prévision pour les achats et consommations du mois et les imprévus. Pour ma part, je n’ai pas trouvé d’applications qui répondent à mon besoin, mais je suis gestionnaire à la base. »
 
 La première décision, qui est la plus dure, est de changer de banque. Oui, changer. Car si vous avez un découvert récurrent qui dépasse plus de 30% de vos revenus, vous ne pouvez le combler sans une modification profonde de votre vie.
Vous pouvez ouvrir un compte chez une néo-banque ou dans un autre établissement, en ne sollicitant que les services de base (carte bancaire et opération en ligne, pas de chéquier ni de découvert (se sont des crédits, tout comme les cartes à débit différé).
La seconde, vous changez la domiciliation de vos rentrées et sorties. Les rentrées (salaire, Sécurité sociale, CAF, MSA, etc.) pour alimenter le compte. Les prélèvements pour supprimer les frais sur le premier compte. C’est rapide et GRATUIT.
Vous informez votre banque, et lui demander de résilier tous les prélèvements et que vous allez clôturer le compte sous 4 mois, en soldant le découvert petit à petit. En 4 mois, vous n’aurez plus de dette dans la première banque et vous repartirez. Vous prendrez le temps pour examiner vos opérations et de résilier l’inutile (abonnement) tout en réduisant les consommations d’énergie et de fluide.

 
 
Concours bancaires :

Il est très facile de tomber dans la spirale du découvert bancaire. C’est facile et rapide, mais vous avez 90 jours pour régler le problème. Mais plus le montant est important, plus il est difficile de le rembourser. Passé ce délai, votre banquier doit vous proposer un prêt amortissable de 6 à 24 mois, il ne le fait jamais, préférant vous facturer des frais et commissions divers.
« Vous devez agir immédiatement, réduire vos dépenses, supprimer l’inutile ou le superflu pendant au moins 3 mois, pour arrêter l’hémorragie et rembourser cette dette, qui devient votre priorité. Dans le cas contraire, le banquier pourra rejeter des chèques (frais de 30 à 50e par rejet), des frais d’opposition aux prélèvements (12 € en moyenne), ainsi que des frais d’intervention par opération (de 8 à 10 € en moyenne), et des frais d’envoi de courrier.
Exemple rapide, vous avez émis 5 chèques, votre avez autorisé 10 prélèvements mensuels. En 1 mois, la banque vous a facturés au minimum 700 € et une moyenne de 900 €. Oui, une somme supérieure au montant de votre découvert autorisé !
Et que vous devrez rembourser en plus. 
Si votre situation est terrible, contactez une association, comme La Roue de Secours, pour être aidé, mais surtout arrêter les frais. En commençant par déchirer votre chéquier et à donner l’ordre à votre banque, de retirer tous les mandats de prélèvements. Vous réduirez considérablement l’hémorragie.
Envisagez également d’ouvrir un compte auprès d’une néobanque, vous permettant de repartir à zéro et de rembourser petit à petit votre découvert, sans trop de pénalités, tant auprès de vos fournisseurs de services que votre bailleur, mais surtout vous permettant de payer le carburant pour la voiture, votre transport et votre alimentation. Dans le cas contraire, la banque se sert en premier. SI votre salaire est inférieur au montant du découvert, vous vous retrouvez avec 0 €.
Avec une meilleure gestion, vous vivrez plus longtemps, en meilleure santé et vous pourrez épargner ! » L’épargne est indispensable et doit être constituée avec le temps et représenter au moins 1 année de revenu.

Bruno reprend ce modèle de tableau, basé sur celui de la commission de surendettement.

 

Fermer le menu
error: le contenu de ce site est protégé